Pensées sombres

« A quels moments les souvenirs cessent-ils de  blesser ?  A partir de quel moment cessent-ils d’être des lames qui cisaillent les mollets ?

Quand les disparus cessent-ils d’être une pensée douloureuse pour devenir une pensée calme ? A quel moment peut-on rouvrir un album de photos sans éclater en sanglots, une boîte à musique sans la refermer aussitôt ? Combien de temps cela exige-t-il ? Y a-t-il une règle ? Une moyenne ? Évidemment, il s’agit d’une interrogation imbécile, mais comment échapper à l’imbécillité quand on a aussi mal ?

Les souffrances,  celles du corps, je pourrais finir par m’y habituer,par en faire une compagne.Je la dompterai ou elle m’emportera .

Mais la souffrance du coeur , on ne s’y accoutume jamais .Elle est insidieuse. Et bien plus dévastatrice.

Je t’écris parce que t’écrire, c’est être avec toi »

Philippe Besson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s