9 Mai..

Ma chérie, mon petit Amour,

Combien d’anniversaires sans toi ma poupée, on ne les compte pas, on fait comme si c’était un jour comme les autres, mais au fond, ton absence se fait encore plus sentir.

Cela me brise le coeur, je m’empêche de t’imaginer souhaiter un joyeux anniversaire à ton Papounnet, enfin j’essaie, mais je n’y parviens pas.Je sais que je vais tenter d’imaginer à chaque instant, la manière insolite que tu aurais eue de lui faire une surprise, et surtout de le serrer fort, tes petits bras autour de son cou.

Chaque jour papa ouvre les volets de ta chambre intacte, il garde ton petit cocon en vie, comme si tu allais peut être y revenir un jour.

On t’aime à l’infini mon Amour, notre princesse.

Un baiser pour Papounnet

Printemps

Ma chérie, mon Amour,

Nous vivons une drôle de période ma poupinette, je crois que cette nature que tu adorais se venge de tous les excès humains.En dépit des déplacements difficiles, quelqu’un est venu te déposer de jolies jonquilles aujourd’hui.Nous sommes toujours si émus de constater que beaucoup pensent à toi ma chérie. Je ne sais pas ce qui va se passer dans les semaines à venir, on verra..Maman qui t’aime à l’infini,bon bébé, mon petit ange.

Fleurs de printemps pour Mélodie

Tristesse, désespoir.

Ma chérie, mon trésor,

Tu manque à ma vie chaque jour horriblement, d’une façon indescriptible.

Cette survie est bien lourde à porter ma petite poupinette.

Aujourd’hui, j’essaie de ne pas penser, aux anniversaires avec toi, à ton sourire malicieux ces jours là, je sais que nos anniversaires étaient une plus grande source de gaieté pour toi que le tien, juste pour le plaisir de nous voir déballer ton cadeau à toi !

Ma poupée, tant de bonheur aurait été possible à tes côtés, tant de chagrin aujourd’hui.

Je t’aime à l’infini ma petite chérie, mon trésor.

Mélodie mon Amour

 » Et puis…il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie »

Victor Hugo

Ainsi était Mélodie, un être « solaire » que l’on remarque la première fois qu’on la voit, en tout cas, c’est ce que tant de personnes m’ont exprimé, jeunes et moins jeunes.

De ton petit papounet

Ma Princesse, aujourd’hui tu as 33 ans.

Ton absence est une torture de tous les jours, tes rires, tes bruits de pas, tes coups de gueule, la tornade et le rayon de soleil que tu es, me manquent, nous manquent. Que serait notre vie maintenant, tous les jours, à chaque instant, à chaque battement de cœur, cette interrogation me hante.
Ma petite chérie, je survis maintenant pour et grâce à ton frère et à ta maman. Le ressort de la vie est cassé.
Je veux, je veux, je veux à nouveau, comme dans mes souvenirs, t’entendre rire, parler, crier, te serrer dans mes bras et t’embrasser mais tout ceci est impossible maintenant et cette vie que l’on m’impose : c’est l’enfer !
Pour ne pas être complètement exclus de la société dans laquelle nous survivons, il nous faut faire semblant et c’est souvent difficile de prendre sur soit, de cacher cette envie de hurler, de pleurer. Pourquoi doit-on souffrir autant ???

Je t’Aime ma petite, ma Princesse et tu nous manques tant !

Mélodie dans l'arbre

Mélodie au lycée Renan de St Brieuc, sans doute en classe de 1ère ES