Mélodie mon Amour

 » Et puis…il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie »

Victor Hugo

Ainsi était Mélodie, un être « solaire » que l’on remarque la première fois qu’on la voit, en tout cas, c’est ce que tant de personnes m’ont exprimé, jeunes et moins jeunes.

« Revoir un printemps superbe..

A nouveau fleurir »
Quelle ironie que ce titre ma chérie !
Je me souviens de chaque détail:
Un printemps magnifique au cours duquel tu m’as fait écouter cette musique.
Un printemps rayonnant de projets.
Puis,
Un printemps horrible qui s’est achevé par la pire des tragédies.
Un printemps qui aura été le dernier de notre vie.
Des printemps que tu n’as plus jamais vu refleurir,une abominable torture.
Car dans ce monde ma chérie, je l’ai bien compris, à la fin c’est le méchant qui gagne.
Car dans ce monde ma chérie, l’idiot sauve sa peau et la princesse meurt.
Le monstre est en vie !
Ta disparition a modifié le cours des choses, plongeant notre quotidien dans la douleur et changeant la trajectoire de vie de certains êtres bons mais aussi celle des néfastes.
Je t’aime à l’infini ma petite poupinette.

PRINTEMPS

Juin 2005

Mélo Maxime.4Cette photo date de juin 2005, inimaginable ! Pour nous c’est hier, ce matin…dernier jour de lycée, bagarre d’eau et de mousse à raser au lycée Renan.Mélodie en 1 ère ligne de front bien sur ! le lycée avait du couper l’alimentation en eau face aux (gentils) démons déchainés du pistolet à eau.
Sur cette photo, Mélodie, près d’elle Maxime, dans quelques jours leur vie va s’achever dans un immonde fracas de tôles, victimes innocentes de la bêtise humaine, celle qui consiste à boire plus que de raison et à prendre le volant ensuite sans se soucier de la vie des autres.
Je ne sais pas ce que je fabrique encore ici, sur cette fichue terre , c’est ainsi, pas d’explications, pas d’avenir, pas d’espoir, juste une vie que j’essaie de rendre utile.

Fin d’hiver, tristesse

Ma chérie, mon Amour,
En voyant cette image je t’ai imaginée dans la même position, de jolies pâquerettes dans les cheveux, le nez au vent, rêvassant à je ne sais quoi, comme tu savais si bien le faire.
Et aussi parce que voilà, comme je l’ai déjà écris, je vois se profiler un nouveau printemps qui va refleurir sans toi mon Amour de petite fille.
Les pâquerettes dont tu savais faire de jolis colliers sont encore là, bien rangées, je ne sais pas si les enfants aujourd’hui créent encore ces petites merveilles avec quelques fleurs. J’imagine que tu aurais sans doute montré aux tiens comment transformer avec poésie des feuilles et des fleurs.
Combien de printemps encore…je ne sais pas.Je sais juste que ça fait mal au delà de l’imaginable.
Je t’aime à l’infini ma poupinette.paquerettes

PAROLES


J’ai trouvé ces paroles de chanson, par hasard…

L’amour est un refrain
Qui va qui revient
Il nous attend au tournant d’un chemin
Il nous prend par le c?ur
Le temps du bonheur
Puis un matin, il s’en va

Ma mélo mélodie chante, chante la vie
Un jour bleu, un jour gris
Et le temps qui s’enfuit
Ma mélo mélodie on te chante, on t’oublie
Mais tu reviens toujours
Comme une chanson d’amour

On prend un train à deux
On est si heureux
A l’arrivée on est seul sur le quai
On pleure et puis on dit
Déjà c’est fini
Quelque part le soleil brille

Ma mélo mélodie chante, chante la vie
Un jour bleu, un jour gris
Et le temps qui s’enfuit
Ma mélo mélodie on te chante, on t’oublie
Mais tu reviens toujours
Comme une chanson d’amour

Je t’aime, tu m’aimes, on s’aime
C’est tout un poème
Amour toujours nous deux
Oui c’est merveilleux
Même d’y croire un instant

Ma mélo mélodie chante, chante la vie
Un jour bleu, un jour gris
Et le temps qui s’enfuit
Ma mélo mélodie on te chante, on t’oublie
Mais tu reviens toujours
Comme une chanson d’amour
Ma mélo mélodie chante, chante la vie
Un jour bleu, un jour gris
Ma mélo mélodie
Ma mélo mélodie chante, chante la vie
Un jour bleu, un jour gris
Ma mélo mélodie…

Souvenir

Puisque , comme les personnes  » normales »  nous n’avons plus le bonheur d’avoir des souvenirs récents de vacances, je me remémore les moments précieux que nous avons vécu « avant ».
Je me souviens en particulier de cette entrée dans l’oasis de Fint, avec toi ma chérie.C’était un monde à part, une végétation riche , une douceur de vivre, étonnant au milieu du désert hostile.Je me souviens comme tu avais été harcelée, gentiment et à ta grande surprise, par une nuée d’enfants.
Ho ma chérie, je donnerais tout pour revivre , ne serait-ce qu’une petite minute de ce bonheur.
Je t’aime à l’infini,

Maman

Les jours se suivent et….


Mon Trésor, mon Amour, ma fille chérie,
J’ai lu quelque part qu’écrire, c’est crier en silence…alors, je m’exprime…un peu…
L’été s’étire lentement, mais enfin il se termine. Les gens « normaux » disent qu’il a été moche, je ne sais pas, les étés se ressemblent tous depuis ton départ, tristes et sombres, alors…peu importe.
Peu importe le temps, je ressens toujours la même souffrance qui ne peut se décrire. Tout ce que je peux en dire, c’est qu’elle ne me laisse aucuns répits. J’ai le sentiment d’avoir perdu toute émotion pour toutes choses à la seconde ou j’ai compris que je t’avais perdue…mais ce manque d’émotion ne masque pas la torture qui harcèle mon cœur, mon corps et ma tête.
Je suis fatiguée de souffrir, mais je sais que la délivrance ne viendra qu’à l’heure du grand sommeil…
Je t’aime ma petite fille chérie…

De Sonia, hommage poignant…


Mélodie,
Ma Belle et très Chère Mélodie,
Mélod’Ange…

Tu devrais souffler tes bougies et vivre des jours heureux, entourée des tiens. Tu devrais croquer la vie à pleines dents, avoir la tête qui croule sous les envies et les projets, être amoureuse, rêveuse, joyeuse… Tu devrais être embrassée de tes parents, de ton frère, de tes proches en ce jour spécial… En ce jour spécial d’anniversaire où, à défaut de t’embrasser, ceux qui t’aiment iront déposer des fleurs sur le marbre froid qui te recouvre désormais…

Parce qu’il y a quelques années, quelques mois, quelques jours, un chauffard a croisé ta route et a pris ta vie. Il t’a pris au monde, à tes parents, à nous tous. Il a décidé pour toi. Il ne t’a pas laissé le choix. Il ne t’a laissé aucune chance. Parce que ce foutu 18 Juin 2005, tu t’es envolée pour toujours.
C’était il y a quelques années. C’était il y a quelques mois. C’était il y a quelques jours. C’était Hier…

Aujourd’hui, je pense à toi. Belle étoile éternelle qui veille sur ceux que tu aimes. Je pense à toi Mélodie, dont le tragique malheur a donné naissance à une association qui porte ton nom… Une association dont je suis Marraine. Une association que je représente. Fièrement et Sincèrement.
Je pense à tes parents qui, jamais, ne se remettront de ton brutal départ. Toi, la chaire de leur chaire. Ils se battent, au quotidien, pour survivre et avancer. Mais aussi, ils se battent pour les autres… Pour ceux qui souffrent aussi. Puis, pour ceux qui ne savent pas encore… Tes parents sont des personnes remarquablement extraordinaires. Un exemple de courage.
Je pense à ton frère parce que, quoi qu’il fasse, il y aura toujours un détail qui le ramènera à toi.
Je pense à tes proches, à ta famille, à tes amis… A tous ceux qui t’aiment au-delà de tout. Parce que tu es et resteras dans nos coeurs à tous. A jamais. Pour toujours.

Alors en ce jour, je te souhaite un tendre anniversaire. Parce que c’est important. C’est une date difficile pour tes parents, en souvenir des instants de bonheur qu’elle fut autrefois. Nous sommes tous là avec eux.

Michel et Marie-Rose, de tout mon coeur, je vous embrasse bien tendrement. Très sincèrement.

Proverbe

Demain, ton anniversaire ma chérie, mon Amour, tu auras toujours 18 ans en fait….puisqu’il t’a oté le droit de continuer à vivre tes plus belles années.

Je me suis replongée dans ton répertoire , j’ai trouvé  une série de proverbes que tu avais sauvegardé, et en particulier celui-ci que tu avais surligné en rose, sans doute parce qu’il t’avait plu, et on le comprend…puisqu’il correspondait ,entre autres à l’idée que tu avais de la vie.

« C’est s’aimer bien peu que de haïr quelqu’un ; mais c’est haïr tout le monde , que de n’aimer que soi. »
 Tu étais PARFAITE  ma petite fille, mon bébé …
Je dois conclure que je m’aime très peu puisque je hais quelqu’un en particulier du plus profond de moi-meme.